Il y a quelques semaines, une amie m’a transmis une version très originale du « I will survive » de Gloria Gaynor qui m’a tellement fait rire que j’ai eu envie de la traduire et de l’adapter légèrement… en version moins hétérosexuelle.

Je ne résiste pas à l’envie de vous la faire partager, à quelques jours des premières marches LGBT de 2007.

Au début j’avais peur, j’étais terrorisé
Tu m’avais tellement vanté ta virilité
Pendant des années j’ai rêvé d’un homme si puissamment membré
Que j’me suis qu’il était temps pour moi de mordre l’oreiller
Et puis ça y est, j’le voit en vrai
Et mon beau rêve d’anaconda s’est tout à coup evaporé
Comment j’ai pu m’faire allumer
Par un ver de terre atrophié
Me fait pas croire que tu pensais
Qu’c’était pas la taille qui comptais

Allez tire-toi,
Sors de chez moi
Remporte ton anchois
Ne me demande pas pourquoi
Je suis baba qu’tu aies pu croire
Que tu arriverais à m’avoir
J’aurais du voir qu’un tel braquemart
Ne rentrais pas dans ton falzard
Mais j’attendrai, oui j’attendrai
Aussi longtemps que je vivrai je rêverai de gros piquets
Quand des braguettes mieux rembourrées s’amèneront dans mon quartier
Je les aurai, je les aurai, hey hey.

J’ai du retenir mon rire, jusqu’à m’étouffer
Quand tu as sorti ta nouillette toute fièrement bandée
Mais au diable ta fierté, tu peux remballer ton objet
Quant à moi, j’m’en vais retrouver mon inusable godemiché

Allez tire-toi,
Sors de chez moi
J’préfère encore me tripoter
Que m’contenter d’ton bâtonnet
Aussi longtemps que je vivrai je rêverai de gros piquets
J’vais pas laisser un freluquet
me faire regretter d’être pédé
Et j’attendrai, oui j’attendrai [ad lib]

Publicités