Ce soir, à la suite du journal de 20h de France 2, « le » (elle y tient) ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, a déclaré officiellement forfait pour la course à la présidentielle 2007.

Elle a ajouté qu’elle soutiendrait son camp, c’est à dire son ancien rival Sarkozy.

Gilles Leclerc, chargé d’interviewer MAM dans le vrai faux coup de théâtre du soir, n’a pas pu s’empêcher de demander : « Alors finalement… Tout ça pour ça ? »

Et c’est vrai que depuis le temps qu’elle nous faisait lambiner, « le » ministre, on a un peu l’impression d’avoir été dérangé pour rien.

Quelques excuses vaseuses sur l’obligation morale qu’elle a de faire gagner son camp, sur ses idées (elle en avait et elle nous le cachait ?) soi-disant reprises par son nouveau candidat préféré et pas un mot sur le splendide vautrage qu’ont été, pour elle, les « débats » primaires de l’UMP, ni sur le peu d’enthousiasme que sa candidature a pu générer ici ou là.

Et pour finir en beauté, à la question « Et si Chirac décidait de se représenter, vous feriez quoi ? » elle a laissé entendre qu’elle pourrait oublier son ralliement tout frais à Sarko pour retourner dans la maison mère chiraquienne.

Vu la mauvaise gestion du temps politique ainsi que le peu de convictions personnelles que la dame a montrés ce soir, on peut ne pas se sentir orphelins.

Et puis, des mauvais candidats, il en reste encore plein.

Publicités