Après leur extraordinaire succès parisien, les « Enfants de Don Quechua » entament une tournée en province (Lyon, Lille, Toulouse, Rennes…) histoire de faire signer leur charte (ce que vous pourrez faire ici) et de montrer le (très joli) minois de leur président Augustin Legrand (que le Nouvel Obs, un peu fâché avec les prénoms en ce moment, persiste à appeler Jean-Baptiste) jeune comédien de 31 ans dont certaines mauvaises langues disent qu’il avait bien besoin de toute cette publicité vu qu’il ne tourne plus depuis 2005.

Entre temps Hollande s’est empressé de signer la charte au nom du PS, histoire de donner raison à la sous-ministre Vautrin au sujet de la récupération politique quéchuienne du côté de l’opposition.

Aujourd’hui Le Monde indique hardiment qu’après le débat sur la scolarité des enfants étrangers en juin et les expulsions de Cachan cet été, un troisième sujet de société s’impose et pèsera sur la présidentielle de 2007 : celui des sans-abris.

De bons sentiments, une mobilisation nationale, un brin de récupération politique… les ingrédients sont donc réunis pour faire un joli feuilleton d’hiver, vendre des tentes Quechua et meubler le 20h de TF1.

Si ça se goupille bien, Besancenot et Buffet finiront par hurler dans un porte voix au milieu de tentes rouges, Royal fera de belles promesses pendant que la droite se prendra les pieds dans le tapis (la fameuse sous-ministre se vautre pas mal, déjà) et rendez-vous sera pris pour avril 2007.

Du coup, même si la démarche de l’association quéchuienne est sincère (et pourquoi en douter ?), quel sera son impact sur la vie quotidienne des sans-abris ?

Comment croire que le personnel politique fasse réellement avancer un sujet quelconque alors que le ping pong démagogique pré-présidentiel a commencé depuis plusieurs semaines ?

NDH : Et comment en vouloir à ceux qui ironisent sur la marque des tentes deployées sur le Canal Saint-Martin ?

Publicités