Bonjour, apparemment je suis votre nouveau secrétaire.

– Ah, bonjour. Asseyez-vous.

Pendant une dizaine de minutes, mon nouveau chef de service (grade de Directeur) m’a expliqué que j’arrivais en pleine confusion, que son poste n’était pas encore tout à fait clair, que celui de la personne avec laquelle je vais travailler l’est encore moins et que mon poste n’est pas encore bien défini (mais la fiche de poste reprend pourtant les tâches les plus basiques du secrétariat).

Le temps que je m’aperçoive que je suis déjà enervé par le flou artistique qui entoure mon arrivée, il ajoute :

De plus, pour le moment, vous ferez l’intérim de la personne qui est chargée du courrier.

– Pardon ?

– Ecoutez, je n’ai pas eu le choix, ça veut dire que vous ne l’avez pas non plus.

– Je vois.

– Vous savez, si j’ai insisté pour vous avoir dans mon service c’est pour vos compétences en informatique, au moins je suis sûr que les données qui arriveront pourront être traitées sans trop de mauvaise volonté.

– Vous voulez dire les tâches bureautiques, c’est ça ?

– C’est ça.

La confusion entre informatique et bureautique, la fiche de poste (que je trouvais tout à fait précise, malgré le contexte flou) et l’intérim du courrier allaient me faire exploser, mais je me suis repris.

– Ecoutez, je préfère être honnête avec vous, quand je vous ai dit que j’étais surpris qu’on me mette sur un poste de secrétariat, c’était pour ne pas dire « profondément déçu ». Je n’ai jamais fait de secrétariat et je n’en ai jamais eu envie.

– Je comprends, mais vous savez, j’ai bien compris que, compte tenu de votre profil, nous devrions faire évoluer cette fiche de poste.

Sachant que les promesses n’engagent que ceux y croient, j’ajoutais tout de même que je ferai contre mauvaise fortune bon coeur, que j’étais content d’être à Nantes et que j’en remercierai l’administration et que mon nouveau bureau (avec une vue splendide sur la ville) me plaisait.

Au moins la discussion a été franche. Il a lu dans mes yeux au fil de mes questions la même chose que ce que j’ai lu dans les siens au fil de ses réponses.

Un truc qui se résume en deux mots :

Mauvaise pioche.

Publicités