On se croirait en plein jour ! Les bagnoles circulent, fenêtres ouvertes et musique à fond, le ballet des mobylettes de blaireaux a repris, les gens gueulent et chantent dans la rue, klaxons et sirènes retentissant un peu partout.

Sur le coup je pensais qu’une guerre venait de finir dans le monde et puis je me suis rappelé l’effet « coupe du monde » en 1998. La France avait été joyeuse et fière d’elle même pendant six mois. Comment s’en plaindre ?

C’est pas de bol que, à cause du décalage horaire, cette scène ait lieu à 1h30 et encore moins de bol que ce soit la veille de mon premier marché au puces (je me lève dans 3h30). Moi qui vient de découvrir que je suis un hypersensible, (je vous raconte ça très vite, promis) je sens que je ne vais pas tellement dormir…

Pas beaucoup de brésiliens dans mon quartier, on dirait.

Publicités