Il y a quelques jours, j'indiquais, ici, que je pensai que les déclarations de Royal sur la securité constituaient sa première erreur dans la course à l'investiture PS pour la présidentielle 2007.

Le week-end suivant, Hollande, son compagnon, lui reprochait sa prise de position avec à peu près les mêmes arguments (d'où j'en déduis qu'il est un lecteur fidèle de mon blog ha ha ha) et lui demandait, en tant que premier secrétaire du PS, de calmer un peu le jeu.

Ce qu'elle a fait tout de suite, en diluant un brin le problème de "l'encadrement militaire" des jeunes sauvageons, mais en mettant une nouvelle couche sur la notion d'ordre qui serait une valeur socialiste sur laquelle elle ne reculerait pas.

Les sondages ont aussitôt fait un bond en sa faveur, la distançiant encore plus des habituels éléphants socialistes.

Mieux encore, elle a progressé chez les sympathisants socialistes, les mêmes dont je pensai (et Hollande aussi) qu'ils seraient heurtés par un discours sécuritaire "sarkozant".

On a appris entre temps que les ténors du PS qui ont volé dans les plumes royales, pensant tenir l'erreur qui allait la faire tomber, n'étaient en realité pas loin de penser comme elle et attaquaient juste pour la faire tomber et se dégager un peu d'horizon électoral. Hypocrites !

La méthode Royal reste, pour le moment, la meilleure et la plus novatrice à gauche et les talons de la fille et soeur de militaires sont toujours bien en place.

Ma coulpe va donc se faire battre.

***

D'après Dominique Ambiel (ancien chef de cabinet de Raffarin, debarqué à la suite d'une affaire – vraie ou fausse mi koné pas – de moeurs) Royal ne roule pas pour elle même mais pour Jospin, faisant le ménage au PS pour qu'il puisse revenir comme l'homme providentiel.

En dehors du fait qu'il a appelé son bouquin "Tsunami sur l'Elysée" (si un ami ou un membre de ma famille avait disparu dans le tsunami de 2004, je pense que j'apprécierai moyennement qu'Ambiel joue sur ce genre de mots), je pense que sa théorie ne tient pas la route.

Que Royal soit disciplinée au PS (au point d'accepter les avancées sur le mariage et l'adoption pour les homosexuel-le-s, elle qui y a toujours été personnellement opposée) c'est un fait. Mais penser que la seule dont les sondages prédisent une possible victoire contre Sarkozy va mettre son ego de côté pour céder la place à un ancien premier ministre avec le bilan duquel elle a pris de sérieuses distances, je pense que ce n'est pas très fûté.

Heureusement qu'il s'est fait virer finalement.

Publicités