Comme vous pouvez le constater Safia Otokoré est une femme et comme vous pouvez sans doute le constater aussi, elle est noire.

Ce sera surtout la candidate PS dans la 11e circonscription des Yvelines aux législatives de juin 2007.

Mais les militants socialistes de sa nouvelle circonscription (elle vit pour le moment en Bourgogne) ne se réjouissent pas vraiment de cet état de fait. Ca les fait même carrément râler.

En fait, ce qu'ils digèrent mal c'est qu'ils avaient choisi un homme, de leur coin, que la direction du parti a refusé d'investir en indiquant que Hollande avait l'intention de réserver cette circonscription à une femme, afin d'essayer de respecter la loi sur la parité.

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, les militants se calment et attendent de voir qui on va leur proposer. C'est alors qu'on leur annonce que cette femme sera une conseillère régionale de Bourgogne et que, accessoirement, elle sera noire pour respecter le "quota" (le mot n'est pas plus joli pour les noirs que pour les femmes, m'enfin moi ce que j'en dis) de candidats issus de l'immigration(*) que Hollande a promis dans ses discours après les émeutes de 2005.

L'idée se discute (même si entre rien du tout et des quotas, il vaut sûrement mieux des quotas) mais ce qui passe mal c'est la méthode adoptée par Hollande dans cette histoire.

C'est couillu, ce qui n'est déjà pas mal parce que (et ceci dit malgré l'épisode Villepin qui confond, à mon avis, ses "couilles" avec son ego) il était temps que nos politiques fassent montre d'un brin de courage.

Mais si c'est courageux, ce n'en est pas moins totalement irrespectueux pour les militants socialistes (ainsi que les élus) de la "11e circonscription des Yvelines".

"Je prendrai le temps de les convaincre", dit Otokoré, se rappelant fort opportunément que c'est son métier.

Mais elle ajoute, sans doute un brin revancharde, une petite phrase frappée au coin du bon sens :

"Si on veut une Assemblée à l'image de notre société, on ne peut pas botter en touche et dire : Pas chez nous !"

Grâce à Nassimah Dindar, présidente du Conseil Général de la Réunion, à la fois femme et d'origine indienne, je suis désormais tout à fait sûr que la couleur de peau ou le genre ne prémunissent pas contre la connerie alors je souhaite aux militants socialistes de la "11e circonscription des Yvelines" d'avoir eu du bol.

Après tout, ça peut arriver.

(*) c'est drôle, on dit toujours que les français qui ne sont pas blancs sont "issus de l'immigration" et on n'y ajoute jamais "ainsi que de la colonisation et de l'esclavage". C'est vachement moins glorieux pour la France mais c'est plus précis, je trouve.

Publicités