Chirac le chante sur tous les tons depuis quelques jours, en amnistiant Guy Drut, il n'a fait que "respecter la loi" (ce qui, soit dit en passant, est une révolution).

En l'occurrence il s'agit de la loi votée en 2002 qui permet d'amnistier des sportifs ayant rendu un service à la France en la faisant briller à l'étranger (je schématise un brin) proposée par… Chirac.

Mais pourquoi Chirac a-t-il voulu faire passer cette loi en 2002, au fait ?

A l'époque il s'agissait surtout de sortir David Douillet (le judoka chiracophile) d'une panade liée à une banqueroute frauduleuse pour laquelle il a finalement bénéficié d'un non-lieu.

Mais il s'agissait aussi de préparer une porte de sortie pour Guy Drut qui allait être jugé pour "recel d'abus de biens sociaux" pour avoir bénéficié d'un emploi fictif.

Il est amusant de préciser qu'à l'époque où l'ex-sportif bénéficiait dudit emploi fictif, il déclarait 13 à 14 millions d'euros par an aux impôts. Il avait donc bien besoin d'un petit pécule supplémentaire.

Mais il y a encore plus drôle.

Chirac a officiellement amnistié son ancien ministre pour que celui-ci puisse continuer à représenter la France au Comité International Olympique. Et vu le bruit que fait cette affaire, le comité d'éthique du CIO n'a pas trop envie de réintégrer le petit père Drut.

Moi je prends le pari que le jour où le CIO annoncera officiellement que Guy Drut ne peut pas être réintégré, Chirac viendra à TF1 pour dire que c'est sur sa demande et que c'était pour "rassurer les français après leur incompréhension au sujet de cette amnistie pourtant fort justifiée".

La verité, tout le monde s'en fout.

Publicités