En ces temps d'amnistie de copinage, l'édito de Tillier (du JIR) raconte une affaire d'amnistie un peu pourrie également.

En son jeune temps (en 1946) l'actuel président du Conseil Régional de la Réunion, un certain Paul Vergès (quasiment inconnu en métropole où presque tout le monde connaît son frère, l'ex-avocat de Klaus Barbie ou d'Omar Raddad) profite d'une fête musicale un peu sonore pour flinguer (au sens propre du terme !) le maire de Saint-Benoît, un certain Alexis de Villeneuve qui pouvait faire de l'ombre à son papa, Raymond Vergès, alors lui même "roitelet" de la Réunion.

Il semblerait qu'ensuite le jeune Paul Vergès ait été condamné à 5 ans de prison grâce à des relais maçons (des maçons dans le genre franc, hein) car il n'aurait eu aucune intention de donner la mort malgré le flingue chargé qu'il tendait sous le nez de l'adversaire politique de papa.

Et que, peu de temps après, fiston Vergès ait obtenu une amnistie controversée (pour ceux qui préfèrent la version Tillier, la voici).

Bien sûr le contexte et la condamnation n'ont rien à voir avec Guy Drut, mais disons que ça nous rappelle que l'amnistie a déjà été politique autrefois (autrefois = lontan en créole) et que ça arrive encore.

Au fait, depuis deux jours on entend que Guy Drut est Ministre des Sports, ce qui doit faire plaisir à Jean-François Lamour, l'actuel titulaire du poste.

En fait, l'ex-sportif ex-futur taulard a été ministre de Juppé entre 1995 et 1997 et avait été assez vexé de ne pas récupérer "son" poste en 2002.

Le voilà bien dédommagé !

Publicités