Cette fois sera sans doute la fois de trop.
Même RFO fait des micro trottoirs de gens qui trouvent que « ça a assez duré ».

Ce matin, à 5h30, 30 à 40.000 mêtres cubes de rochers sont tombés sur la route du littoral (« route en corniche » pour les intimes, s’il en reste) tuant deux personnes et en blessant deux, dont une gravement. Reste un disparu, dont on soupçonne qu’il ou elle soit enfermé(e) sous des tonnes de rochers.

La route va être fermée pendant au moins une semaine (sauf pour les camions de Dodo qui circuleront dès mercredi) et c’est la catastrophe la plus grave qui s’est produite sur cette route depuis 1980.

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, on peut se réjouir que cet éboulement n’ait pas eu lieu 2h plus tard, au moment où la route est bourrée de bagnoles qui roulent au pas.

Mais vu la tronche de nout’préfet (on peut compter les jours avant son départ maintenant, je pense), du fameux Yvan Martin (qui avait rouvert la route, tuant par mégarde Daisy et « Loulou, 64 ans » il y a peu), vu le communiqué du désormais célèbre maire de Saint-Benoît Bertho Audifax, on sent comme un vent de remise en question. Il était sans doute temps.

On a bien sûr déjà entendu que c’était « la faute à Paris » (faut pas rêver, hein, les habitudes ont la vie dure) et vu que les routes nationales sont toujours à la charge de l’Etat (jusqu’à fin 2006 apparemment) le fric va venir de la métropole (en clair pas de mes impôts locaux mais de mes impôts sur le revenu, ce qui change tout, mais bon c’est pas le moment de faire du nombrilisme).

Bref, on oublie toute vélleité d’aller dans l’ouest pour le moment (parce que la route de la Montagne c’est niet) et on se concentre sur l’avis de fortes pluies du week-end.

Ben dis donc, qu’est ce qu’on se marre en ce moment à la Réunion !

Publicités