Roches Noires : mornes plaines

C’est une chose d’entendre parler de la baisse du tourisme et c’en est une autre de la constater de visu.

Pour ceux qui connaissent les plages de la Réunion, il leur sera difficile d’imaginer qu’ils peuvent désormais se garer où ils veulent, car il y a de la place partout.

Les magasins sont soit fermés, soit on ne voit plus leurs vitrines, planquées par des pancartes « -50% sur tout le magasin ». Les bars sont vides, les restaurants desertés et les plages elles mêmes sont quasi desertiques.

Aujourd’hui nous étions à peine 20 sur la plage des Roches Noires à Saint-Gilles (habituellement bourrée de monde n’importe quand)… Mais si les touristes n’étaient pas au rendez-vous, les créoles non plus !
Ca fait un moment que je me dis « bon pour la plage je vais attendre que ça se tasse » mais apparemment je ne suis pas le seul, ce qui veut dire que je n’y prend plus d’essence, que je n’y achète plus ni de coca ni de petit sandwich.

La catastrophe touristique (et donc économique) est bien entamée. Et à mon avis, elle va durer.

Non seulement l’état révise les contrats de plan Etat-Région à la baisse, mais les objectifs de développement sont, eux aussi, revus à la baisse et la plupart des métros songent à se rentrer prochainement…

Et c’est pas les 60 millions offerts généreusement par Villepin (il s’en fout c’est pas ses sous – rigolez pas, c’est les vôtres) qui risquent d’y changer quoi que ce soit.

Mais bon, encore une fois, inutile de pleurer que tout ça « c’est la faute à Paris » car les responsabilités les plus réelles sont à trouver ici, parmi les politiques locaux. Et particulièrement le Conseil Général, qui a cru à sa bonne étoile pendant trop longtemps.

Pas de bol. La chance a tourné et avant qu’elle ne songe à revenir apporter des cadeaux dans la cheminée de Mme Dindar, des générations de moustiques auront eu le temps de proliférer dans une sorte de « développement durable » qui sera l’exact opposé de la crise qui nous attend ici.

Bon en attendant, pour le clampin de base dans mon style qui a envie d’aller à la plage, se garer où on veut, c’est quand même sympa…

Publicités