Vous connaissez la dernière de Villepin ? Il veut démoustiquer TOUTE la Réunion.

C’est lui, donc, qui va traverser les cirques, marcher des journées entières sur des corniches, faire le tour du volcan avec sa bombe de Baygon ?

Mais c’est pas fini, quand la gauche l’attaque sur le retard à l’allumage du gouvernement dans cette affaire il répond, royal, que « le gouvernement perfectionne en permanence un dispositif » contre une « maladie tropicale encore peu connue ».

Là, on commence à dépasser les frontières de la maladresse et on frise l’incompétence crasse.

N’importe quel réunionnais, même le moins éduqué, même le plus consanguin des yabes, pourra lui expliquer le mode de transmission de la maladie (piqûre), son vecteur (moustiques), les symptômes (fièvre, éruptions cutanées, courbatures…), le temps de convalescence (de 3 semaines à plusieurs mois selon l’âge) et les risques de mortalité (faibles, heureusement, sauf pour les gens ayant des soucis de santé graves).

Et puis même si on ne savait rien du tout sur la maladie, on sait qu’elle vient d’un moustique ce que le gouvernement devrait savoir traiter non ? (c’est loin d’être la première – cf. éradication du paludisme par exemple).

Mais c’est à sa dernière phrase qu’on comprend toute la pensée subtile de notre « prem’s », quand il explique que les touristes peuvent venir à la Réunion sans problème car lui même le fait… et qu’il ajoute qu’il suffit de mettre des répulsifs sur sa peau. Là j’ai carrément cru entendre Raffarin.
Tu sais Dominique, si tu veux faire croire que ça t’intéresse vraiment tout ça, évite ce genre de petites phrases stupides, supposément rassurantes qui ne font que montrer à quel point tu as pris cette situation à la légère et à quel point tu continues !
Et puis tu sais si tu veux qu’on ne te prenne pas pour un bouffon, il faut y mettre un peu du tien, une fois de temps en temps.

***

– Mon dieu, pilote, mais où allez vous comme ça ?
– Ben à la Réunion, Monsieur de Villepin
– Mais vous n’êtes pas dans la bonne direction mon ami. On ne devrait pas traverser l’Afrique !
– Heu ben si, monsieur le premier ministre.
– Enfin ! Puisque je vous dis que vous n’êtes pas dans la bonne direction, ça fait des heures qu’on devrait être arrivé à Fort-de-France.

***

« Ca sent la banane, la vanille et le Villepin,
le sucre de canne, la mangue et la gomina… »

Bienvenue chez nous, Monsieur le premier Ministre !
Publicités