Notre néoconservateur local a donc profité de son voyage en Allemagne pour proposer de déterrer quelques articles de la fameuse constitution européenne. Coup de bol, il souhaite surtout réactiver les réformes institutionnelles, qui ne déplaisaient à personne, même si certains doutaient poliment de leur utilité.

Après s’être repris dans la tronche sa pseudo politique d’intégration, Sarko veut prouver qu’il est bien un homme état et, qui plus est, à l’occasion européen.

J’étais content de le voir faire aboutir le projet de Conseil des musulmans français, (finalement baptisé CFCM) et encore plus content quand cette institution a secondé les politiques pour faire libérer Florence Aubenas (même si je suis moins content de voir ledit Conseil souffler à ses concitoyens de mettre une sourdine sur leur liberté d’expression quand il s’agit de leur prophète).

Autrement dit Nicolas Saroky a réussi deux trois bricoles, entre deux catastrophes, et veut maintenant se montrer comme un pragmatique éclairé auprès de nos collègues européens et ainsi faire passer le message qu’il sera un bon président français avec lequel on peut discuter.

Même s’il est évident qu’il est aujourd’hui le mieux placé à droite et que les français voudraient – pour le moment – voir le match avec Ségolène Royal, notre pro-américain national nous a montré sa formidable propension à se prendre les pieds dans le tapis et pour ma part je ne peux pas m’empêcher d’attendre l’accident.

Il y a bien eu, dernièrement, une petite piste intéressante quand il s’est cru obligé de considérer qu’une femme avait le profil de candidate à la présidence, pour se démarquer des machos de droite comme de gauche. Parce qu’on se doute que, en situation, son penchant naturel pour la démagogie le pousserait, via ses porte flingues à la Devedjian, à nous faire comprendre qu’on ne fait pas de politique sans avoir un pénis.

Enfin bon, sa sortie d’aujourd’hui chez « nos amis les allemands » prouve qu’il a encore une ou deux cordes à son arc et que pour l’accident, il va falloir encore un peu attendre…

Publicités