Dans l’affaire du Clémenceau, Chirac passe un peu pour un âne (quoi de nouveau sous le soleil ?) mais la nouveauté c’est que la grande héritière de la dynastie gaulliste, d’après elle, donneuse de leçons à l’occasion et ambitieuse de tous les instants trébuche sur son porte avion.Elle qui se voyait déjà au deuxième tour de la présidentielle de 2007 face à Ségolène Royal.

Pas trop dur de tomber de son piédestal, Madame « le » Ministre ?

Publicités